Islande 2014

Le Bárdarbunga, une menace pour Askja et le Kverkföll ?

Août 2014

2014_D_ISLANDE_5562_L copie
Piste F902 vers le KverkfjöllPhoto : Daniel

Les Islandais pensaient que la prochaine éruption viendrait du Katla, mais c’est le Bárðarbunga qui se sera manifesté le premier !

Le Bárðarbunga a connu  26 éruptions en 11 siècles, la dernière date de 1910. Son activité est caractérisée par des éruptions explosives basaltiques. Le Bárðarbunga appartient à un système volcanique de 190 km de long sur 25 km de large. Sa caldeira domine à 2009 m d’altitude avec une superficie de 80 km2 et une profondeur de 700 m. Selon certains volcanologues, son éruption historique de 1477 avait entraîné un énorme nuage de cendres et l’une des plus grandes coulées de lave de ces 10 000 dernières années. Ce n’est pas un petit volcan !

BARDARBUNGA

Le Bárðarbunga est un volcan sous-glaciaire au nord du Vatnajokull, plus grande calotte glaciaire au monde après l’antarctique et le Groenland. Le cratère n’est pas visible car l’activité volcanique est située sous une épaisse couche de glace, de 600 à 800 m d’épaisseur.

2014_M_Islande_4989_L
Installation de surveillance GPS de l’activité sismiquePhoto : Marion
2014_M_Islande_4990_L
Installation de surveillance GPS de l’université d’IslandePhoto : Marion

L’islande est en alerte depuis la mi-août, à cause d’une activité sismique importante du Bárðarbunga. L’Europe s’inquiète car de la fumée est apparue depuis le samedi 30 août. Le danger pour l’espace aérien serait une éruption massive qui propulserait des panaches de cendre et de vapeur d’eau, liée à la fonte du glacier dans l’atmosphère. Pour l’Islande, le danger viendrait d’un jökulhaups, débâcle glaciaire, qui provoquerait des inondations catastrophiques, charriant des icebergs pouvant atteindre 15 mètres de hauteur. C’est pour cette raison que 300 personnes ont été évacuées de la zone nord du Vatnajokull le 20 août.

2014_M_Islande_4726_DxO
Refuge d’ AskjaPhoto : Marion

Ce désert ne comporte que quelques refuges pour les randonneurs. Nous étions début août dans cette région, sur les pistes de l’Askja et du Kverkfjöll.

2014_M_Islande_5008_DxO
Piste F902 vers le KverkfjöllPhoto : Marion

Depuis le 29 août, une éruption a commencé dans le Holuhraun, « désert de lave trouée » au sud d’Askja. La fissure éruptive a 3 km de long sur 1 km de large et les coulées de lave atteignent plusieurs mètres d’épaisseur le 31 Août. Le débit était de 1000 m3 par seconde. Le 3 septembre les coulées de lave couvrent 7 km2. Ce jour-là, un graben, une zone de surface qui s’affaisse, est apparue sous le glacier Dyngjujökull et les autorités ont demandé aux volcanologues et journalistes de quitter les lieux car le risque d’une éruption majeure n’est pas exclu.

2014_M_Islande_4841_DxO
Panneau d’information du site d’Askja : le Lac Viti se trouve à l’intersection des traits rouge et bleuPhoto : Marion

Le 2 août nous découvrons Askja, « cette caldeira de 50 km2 est un site incontournable. Le cataclysme qui forma le lac de la caldeira et le cratère Viti est récent (1875). Le volcan projeta alors 2 km3 de téphra, avec une force telle que des débris atteignirent l’Europe continentale. Les cendres de l’éruption empoisonnèrent nombre de bêtes du nord de l’Ile, provoquant une vague d’émigration aux Etats-Unis. Le volcan n’étant pas éteint, une telle catastrophe pourrait se reproduire. » ( Lonely Planet 2011)

2014_D_ISLANDE_5446_L2
Le grand lac Öskjuvatn et le petit lac Viti dans la caldeira d’AskjaPhoto : Daniel

« Après l’éruption initiale, une chambre magmatique s’effondra, formant un cratère de 11 km2… Cette nouvelle dépression se remplit ensuite d’eau pour devenir le lac bleu saphir d’Öskjuvatn, le plus profond d’Islande (220 m)… Durant l’éruption de 1875, un évent proche du coin nord-est explosa et forma le cratère Viti qui se remplit d’un lac géothermique. » (Lonely Planet).

2014_D_ISLANDE_5399_L
Lac Viti, en arrière plan le lac ÖskjuvatnPhoto : Daniel

On accède à Askja par la piste F88, mais elle est fermée à notre passage, un gué est particulièrement haut à ce moment. Nous emprunterons les pistes F905 et F910, entre dunes et champs de lave,  pour atteindre le site où, fin juillet, un éboulement d’un kilomètre de large s’est produit sur les berges du Lac Öskjuvatn, provoquant une vague de 70 à 100 mètres de haut, selon les sources. Des chemins seront fermés autour du lac Viti et les baignades dans ses eaux chaudes et sulfureuses ne sont plus autorisées. Etait-ce les prémisses de ce qui se passe aujourd’hui ? Les paysages vont-ils être bouleversés ?

2014_M_Islande_4901_L
Eboulement sur le Lac ÖskjuvatnPhoto : Marion

Aucune végétation à Askja. Austérité des téphras et des coulées de lave, clairsemées de pierres ponces ocre clair et chatoyantes. C’est cette particularité géologique qui a attiré les américains pour préparer leur mission Appolo, dans les années 1970. Il y a deux ans, un scientifique américain est venu pour l’exploration de Mars. Nous avons rencontré un guide du Vatnajökull park qui l’avait accompagné, plusieurs jours durant, sur les pistes autour d’Askja. Le scientifique ne semblait rien faire, ce qui étonna son accompagnateur. Ils s’arrêtaient à divers endroits, y restaient une vingtaine de minutes. Ce scientifique cherchait à percevoir les énergies dégagées par les matériaux volcaniques, et notamment, les pierres ponces que l’on ne retrouve qu’à Askja en Islande.

2014_M_Islande_4949_DxO-1
Pierres ponces sur la piste F910 près d’AskjaPhoto : Marion

Dans la caldeira d’ Askja, Michel et Anne nous abordent. Ce sont deux Casa-trotter qui ont repéré l’autocollant du forum Casa-trotter sur notre véhicule. Nous bivouaquerons ensemble au refuge du glacier Kverkfjöll.

2014_M_Islande_5072_DxO
Refuge du Kverkfjöll, Michel et Anne en bas à gauchePhoto : Marion
2014_M_Islande_5068_L
Au pied du glacier KverkfjöllPhoto : Daniel

En venant cinq mois et demi en Islande, nous espérions bien vivre une éruption volcanique. Par contre, cette éruption bouscule nos plans. Nous n’irons pas dans le Vonarskarð où nous prévoyions de randonner au milieu de zones géothermiques actives, aux couleurs prometteuses. Nous ne retournerons pas sur la piste rouge et noire du Kverkfjöll.

2014_M_Islande_6433_L
Barrage devant la piste F910Photo : Marion

Par contre, suivre jour après jour l’évolution des événements, les avis contradictoires des scientifiques, nous captive. Et oui, Dame Nature fait bien ce qu’elle veut. Un vrai thriller volcanologique !

Malheureusement, malgré notre envie, nous ne pourrons pas faire de photo de ce spectacle fascinant. Mais vous pouvez regarder celles du photographe Einar Gudmann

Vous pouvez aussi suivre l’éruption en direct sur une webcam : Bárðarbunga

Pour suite l’évolution de l’éruption du Bárðarbunga, vous pouvez consulter le site français : Culture volcan

  1. chevrier

    bonjour Daniel et Marion
    j’aime regarder toute ses belles photos je voyage un peu avec vous.
    amicalement.
    Jeanine Chevrier

    Répondre
  2. JEAN-PIERRE

    Quelles photos! … mais nous sommes un peu frustrés, car VOUS, outre la 3D permanente, vous avez, en plus, l’ANIMATION (séisme, éruptions): veinards!
    Question: vous arriverais-je à la cheville, sur place, avec mon …7D tout neuf?
    NB: à cause de l’éruption (et parce qu’elle pourrait menacer à nouveau le ciel européen) les médias français débordent d’informations sur la dorsale atlantique et le fait que l’Islande « va » se scinder en 2!
    Soyez du bon côté!

    Répondre
    • Marion et Daniel

      Bonjour Jean-Pierre,
      Pour le 7D, nous espérons que tu nous dépasseras. Mais tu auras un handicap, car Daniel va acquérir le 7D MARK II, quand il sera sorti. Désolé ! Nous espérons survoler l’éruption dans les jours à venir. Espérons que nous serons à la hauteur !

      Répondre
  3. DOMINIQUE

    Nous découvrons grâce à vous l’Islande que nous n’avions pas visitée et le spectacle est magnifique. La couleur des lacs glaciaires, l’austérité des paysages de lave, ces déserts de pierres aux gris noirs mêlés d’ocre et de rouille et pour finir, ce glacier aux formes multiples qui nourrissent l’imagination : on devine des monstres préhistoriques, des animaux au long cou, des lutins au bonnet pointu… Merci à vous deux de vous être aventurés en terrain périlleux pour nous offrir ces décors merveilleux.
    Bien à vous.
    soyez prudents,
    Dominique et Jean-Jacques

    Répondre
  4. David Pierre

    Merci pour ce très beau reportage avec des explications très fournies. Photos excellentes tant du point de vue technique et informative. C’est très rare d’avoir les deux en même temps ! Cela fera dans les prochains mois une très belle expo photos. Je vous souhaite encore une très belle moisson photographique.

    Pierre.

    Répondre

Écrire un commentaire

  • (Ne sera pas publi)