Islande 2014

Flatey, l’Islande en vacances

Juillet 2014

2014_D_ISLANDE_3575_L
FlateyPhoto : Daniel

La météo a tenu parole, nous nous réveillons avec un beau ciel bleu ce 12 juillet, mais le vent est toujours présent.

Le Ferry Baldur traverse la baie du Breidafjörður, du sud des Fjords de l’Ouest jusqu’à la péninsule de Snaefellsnes. Cette traversée évite de parcourir plus de 400 kilomètres pour rejoindre les deux ports. Il y a deux traversées par jour. Après une heure de navigation, le ferry fait un arrêt de 5 minutes sur l’île de Flatey. Le Breidafjörður, qui signifie « Large fjord »,  est parsemé de 3000 îles dont Flatey est la plus grande, avec ses deux kilomètres de long, et la seule habitée. Le temps s’est littéralement arrêté sur l’Ile de Flatey. Elle n’a qu’une toute petite route qui part du ferry jusqu’à l’entrée du village.

2014_M_Islande_3002_L
L’unique route de l’île de FlateyPhoto : Marion

Vous n’y croiserez qu’une voiture, celle de l’hôtel qui vient chercher ses provisions à l’arrivée du ferry, ou des tracteurs. Deux fermes restent en activité toute l’année, soit 5 personnes. La population de Flatey atteignait 120 personnes en 1942.

2014_M_Islande_3072_DxO
Une des deux fermes de l’île de FlateyPhoto : Marion

Ce qui frappe tout de suite, ce sont les maisons colorées de style norvégien qui datent du 19e siècle, très bien entretenues. Ce sont aujourd’hui des maisons de vacances occupées par une quinzaine de familles. Des tables et des bancs sont adossés aux murs protégés des vents dominants.

2014_M_Islande_3079_DxO
FlateyPhoto : Marion

Deux ports : un port naturel, constitué par un îlot en arc de cercle où s’abritent quelques voiliers et bateaux de pêche, et un petit port, sis au village, où gisent à marée basse quelques barques blanches et rouge et où les jeunes s’amusent à marée haute et se baignent malgré la fraîcheur de l’eau.

2014_D_ISLANDE_3705_DxO
Il y a beaucoup de vent ce jour-là, nous sommes emmitouflés mais les Islandais se baignentPhoto : Daniel

Les maisons colorées ne sont pas le seul attrait de l’île, ses oiseaux attirent les photographes animaliers. Il y a 37 espèces d’oiseaux qui nichent ici. Malheureusement, une partie de l’île n’est pas accessible à cette période pour protéger la nidification des eiders. Le guillemot à miroir est très présent et peu farouche. Ce sont les premiers que nous voyons. Il est très vif comme le Macareux, trapu comme lui. Le plus étonnant est quand il ouvre son bec effilé noir : un rouge éclatant tapisse l’intérieur du bec jusqu’au fond du gosier. Il attrape pour se nourrir des gonnelles, rouges également, qui dessinent de gracieuses arabesques au bout de son bec.

2014_D_ISLANDE_3686_L
Conversation entre deux Guillemots à miroirPhoto : Daniel

En 1864, Flatey était le centre culturel et artistique de l’Islande. Sa bibliothèque, ouverte en 1864, fut la première du pays. Aujourd’hui de nombreux films sont tournés sur cette île.,

2014_M_Islande_3073_L
L’Eglise de Flatey, derrière en jaune la bibliothèquePhoto : Marion

En 1990, son église a été restaurée et décorée de superbes fresques racontant la vie d’antan. On y voit des pêcheurs, un chasseur de macareux avec son filet, un dépeceur de phoque… Jésus est représenté en beau Viking vêtu d’un pull islandais.

2014_D_ISLANDE_3583_L
Fresques de l’Eglise de Flatey réalisées en 1990Photo : Daniel

Une petite centrale électrique, située à côté de l’embarcadère, approvisionne les îliens en électricité  ; elle fonctionne au diesel. Heureusement qu’elle se trouve à l’écart du village car elle est assez bruyante.

2014_M_Islande_2944_DxO
Port de BrjanslaekurPhoto : Marion

Pour visiter Flatey, vous prenez le premier ferry de la journée à Brjanslaekur et descendez sans votre voiture à Flatey. Vous laissez votre voiture sur le bateau et remettez vos clés dans une enveloppe, prévue à cet effet, avec votre nom et le numéro d’immatriculation. Quelqu’un débarquera votre véhicule au port d’arrivée. Le soir, vous prenez le deuxième ferry pour continuer la traversée du Breidafjörður. Vous récupérez vos clés au bureau d’information sur le bateau et on vous montre sur un plan de Stykkishólmur où votre véhicule est garé. Il faut, bien sûr, que la confiance règne. Mais nous sommes en Islande… Ce système permet de rester 6 heures sur l’ile, mais la plupart des voyageurs, ce jour-là, ne profite pas de ce stop à Flatey. La visite de l’île peut, bien sûr, se faire dans l’autre sens.

2014_M_Islande_3090_DxO
Notre véhicule nous attend sur le port de StykkishólmurPhoto : Marion

 

  1. Claire

    Bonjour,
    je cherchais des photos de l’île, et je crois que je suis bien tombée 😉 Elles sont sublimes ^^ et quel temps superbes vous avez eu !
    J’ai une petite question : pour tout voir sur l’ile, en prenant son temps, vous pensez qu’arriver le matin et repartir le soir est bien (ou trop long) ou bien il serait bien d’y dormir ? J’ai vu qu’il y a un hotel (très cher) et je me demande si ça vaut le coup.
    Nous viendrions pour profiter du paysage, faire des photos d’oiseaux et de l’ile, mais comme cela semble tout petit, on se pose la question…
    Merci par avance de vos lumières, je file voir les autres articles sur l’Islande, mon pays coup de coeur

    Claire

    Répondre
    • Marion et Daniel

      Merci pour les compliments ! L’île est vraiment petite et la journée suffit amplement pour la visiter. Pendant la période de nidification toutes les zones ne sont pas ouvertes. Nous y étions le 12 juillet et il me semble que quelques jours plus tard la réserve aurait été accessible, c’est à dire après le 15 Juillet. Nous avons passé 6 heures sur l’île et le temps nous a paru un peu long. Si vous prenez le ferry en sens contraire, du sud vers le nord, je crois me souvenir que vous restez moins longtemps sur l’île. Mais si vous y allez après le 15 juillet, la réserve est ouverte et vous pouvez alors faire le tour complet.

      Répondre
  2. josiane et Bruno

    Nous adorons les couleurs des habitations et des bâteaux qui se reflètent dans l’eau. Beaux modèles pour faire des tableaux.
    Bonne route et faites nous découvrir encore de nouveaux endroits.

    Répondre
  3. DOMINIQUE

    Toujours ravis de vous retrouver grâce à ces photos magnifiques. J’ai particulièrement goûté les photos des guillemots à miroir aux becs et aux pattes rouge vif prises tant en grande conversation ou en train de pêcher ou encore prêts à s’envoler après la pêche. J’ai adoré l’assurance du pipit farlouse dans les champs, tout ébouriffé. La prise de vue du goéland marin en vol m’a scotchée : quel vol majestueux ! Quant à l’élégante femelle canard pilet trônant parmi les herbes, quelle personnalité ! Vous nous permettez de mettre un nom sur tous ces oiseaux inconnus des parisiens que nous sommes et de les voir si proches, dans leur vie de tous les jours, nous les rend abordables et presque familiers. De très belles photos vraiment. La photo en noir et blanc du nuage fonçant sur l’église comme pour l’avaler toute entière m’a également beaucoup frappée ainsi que le ciel menaçant contrastant avec les couleurs vives des maisons du port de Stykkisholmur. Je terminerai par les fresques de l’égllise que j’ai trouvées très belles de même que le Christ viking et ses deux apôtres, emprunt de bonté. Merci de nous faire partager vos découvertes. j’attends la suite avec impatience…

    Répondre
  4. Estelle T

    Photos, magnifiques, me permettent de prendre une petite pause au travail. De gros bisous à vous deux. Estelle

    Répondre
  5. beatrice c

    Ca fait du bien de voir la mer bleue, le ciel bleu et le soleil . A vous aussi je suppose .Cette petite ile a beaucoup de charme tant par sa lumière tonique et son habitat coloré, que par la présence d’islandais petits et grands . Ce pays est donc peuplé d’être humains qui tiennent compagnie aux oiseaux En tout cas cela vous a inspiré . l’atmosphère des photos est pleine de poésie.Je n’oublie pas Jésus en pull islandais . Il ne fallait pas le rater celui-là

    Répondre
  6. Jean-Pierre/Isabelle

    Quel diaporama! Merci en particulier à Daniel pour les Guillemots et à Marion pour le N et B qu’on n’utilise pas assez: la preuve.
    Nous constatons que, comme en Norvège, les habitations n’ont JAMAIS de volets. Etonnant, non!
    Continuez votre périple, et faites-nous encore rêver.

    Répondre

Écrire un commentaire

  • (Ne sera pas publi)