Islande 2014

Il n’y a pas de fumée sans feu

Juin 2014

2014_M_Islande_1640_L
Fumerolles à LeirhnjúkurPhoto : Marion

« Née il y a 16 millions d’années, l’Islande est une île jeune, encore en formation. D’une superficie équivalente au tiers de la France, elle ne doit son existence qu’à l’activité de ses innombrables volcans : plus de 130 sont potentiellement actifs aujourd’hui sur son territoire. Les volcans d’Islande se répartissent le long de la dorsale médio-atlantique, qui témoigne de l’écartement de deux immenses fragments de l’écorce terrestre, ici les plaques eurasienne et nord-américaine. L’île comporte de nombreux sites où l’eau souterraine, chauffée en profondeur, émerge en manifestations diverses, souvent spectaculaires : geysers, fumerolles, solfatares, sources chaudes…  » (Michel Patay dans : Islande, splendeurs et colères d’une île)

_M_36346_DxO
Dorsale médio-atlantique qui traverse l’IslandePhoto : Marion

Nous passons quelques jours autour du Lac Mývatn, dans le nord de l’Islande à la découverte de ce monde fascinant des volcans. Dépaysement assuré, bienvenue aux portes de l’Enfer, pourtant bien photogéniques !

2014_D_ISLANDE_1756_L
Marmite de boue. Attention Alien revient !Photo : Daniel

« Les solfatares sont généralement entourées de dépôts de soufre, produits lorsque l’hydrogène sulfuré entre en contact avec l’air et réagit avec l’oxygène. Ces dépôts leur confèrent de magnifiques couleurs jaunes, ocre, rouges. La description serait incomplète si l’on ne mentionnait pas les bruits étranges et l’odeur nauséabonde (qui rappelle celle de l’oeuf pourri) des champs de solfatares. L’atmosphère y est si inquiétante qu’ils étaient assimilés jadis aux portes de l’enfer. » ( Michel Detay)

2014_M_Islande_1597_L2
Solfatare inactive à Leirhnjúkur. L’activité est fonction du niveau de la nappe phréatique.Photo : Marion

Les premières séquences de la vidéo ont été filmées à 23H45, la prise de vue des plans rapprochés  a été faite en fin de matinée.

Hverir, à Námafjall, est le premier champ de solfatares que nous visiterons.

2014_M_Islande_1435_L
Hverir vu depuis le sommet de Námafjall. Sa crête s’étire entièrement sur la dorsale médio-atlantiquePhoto : Marion

Selon la viscosité de la boue et la pression des gaz qui la traversent, le bouillonnement peut aller d’une simple bulle en surface à des projections plus violentes. La viscosité évolue en cours de journée. Les boues sont plus épaisses au petit matin, sans doute en fonction du refroidissement de l’air.

2014_D_ISLANDE_1777_L
Marmite de boue à HverirPhoto : Daniel

La couleur des fumerolles varie aussi, tantôt blanche ou bleu acier.

2014_M_Islande_1519_L
Fumerolles bleues à Hverir. Quinze minutes plus tard elles sont redevenues blanchesPhoto : Marion

C’est un spectacle en constante mouvance qui captive. Le bord de ces marmites de boue est instable, une passerelle, des cordages et des chemins limitent la déambulation pour éviter les risques de brûlures sévères. La température du sol ici monte par endroit jusqu’à 100 °. Ce qui n’est pas très chaud pour un champ de solfatares qui peut atteindre 1000°. L’Islande est parcourue par ces champs de solfatares où fissures, bouches et évents crachent de la vapeur d’eau et des gaz.

2014_M_Islande_1364_DxO
Passerelle surplombant une grosse marmite de boue à HverirPhoto : Marion

A Námafjall, la nature n’est pas seule responsable de ce paysage. Au moyen-âge, le sol de cette montagne a été exploité  pour alimenter en soufre les canons à poudre du roi du Danemark !

2014_D_ISLANDE_1678_L
Solfatares sur la montagne NámafjallPhoto : Daniel

Aujourd’hui cette région est exploitée pour la production d’énergie géothermique. En 1978 Kröflustöð, une centrale géothermique, a été installée à quelques kilomètres de là au pied du Krafla, malgré les éruptions de 1975 après plusieurs siècles de repos.

2014_M_Islande_1564_DxO
Kröflustöð, centrale géothermique installée au pied du volcan KraflaPhoto : Marion

Krafla désignait à l’origine le volcan, mais ce nom s’applique aujourd’hui à toute la région. C’est le plus impressionnant des champs de lave de l’Islande. Il ne s’agit pas d’un volcan à cratère unique, mais d’un ensemble de fissures cachant une immense chambre magmatique à nouveau remplie depuis 1990. La dernière éruption date de 1984, ce fut la 26 éme et eut lieu sur le site de Leirhnjúkur sur lequel nous randonnons.

2014_M_Islande_1609_DxO
LeirhnjúkurPhoto : Marion

La région de Mývatn n’a pas pour seul intérêt  ses volcans en activité, mais son lac et sa faune attirent touristes et moucherons.

2014_M_Islande_1339_2_DxO
Lac MývatnPhoto : Marion

Mývatn, « lac des moucherons » porte bien son nom. Ce sont ses milliards de moucherons qui envahissent le lac en été et attirent les oiseaux et les saumons. Ce lac serait le plus important lieu de rassemblement de canards en Europe. A notre passage la réserve ornithologique sur la rive Ouest est interdite aux randonneurs pendant la nidification. On ne peut circuler qu’en voiture. Sur la rive Est du lac, quelques sentiers sont accessibles. Daniel a pu s’adonner à son sport favori !

2014_D_ISLANDE_1897_1_L
Plongeon imbrin sur le lac MývatnPhoto : Daniel

Hverfjall est un cratère de volcan apparu il y a 2500  ans lors d’une éruption unique. Son diamètre fait 1200 mètres, on peut imaginer l’ampleur de l’explosion. C’est l’emblème de la région de Mývatn. Ce cratère a servi de base d’entraînement aux astronautes américains avant leur voyage sur la Lune de 1969.

2014_M_Islande_1558_L
Cratère du HverfjallPhoto : Marion

La région du lac Mývatn regorge de sites d’intérêts. Nous reviendrons fin août pour profiter des couleurs automnales et du calme revenu : les moucherons devraient être moins nombreux. Nous avons jeté beaucoup de prises de vue à cause de la présence inévitable de ces agaçants moucherons devant l’objectif et qui donnait l’impression de taches énormes de capteur ! Ces bestioles sont attirées par le gaz carbonique que nous rejetons. C’est très désagréable quand elles pénètrent dans les oreilles et qu’il faut les aider à trouver la sortie sans les écraser ! Le port d’une moustiquaire devient indispensable.

2014_D_ISLANDE_1890_3_L
Marion, l’exploratrice !Photo : Daniel


 

  1. Clara

    Après le bruit des glaçons, je suis complètement sidérée devant ces bulles de boues.
    Ajoutez dessus un texte sans queue ni tête chuchoté, et Godard peut aller se rhabiller!

    Répondre
  2. beatrice C

    vous allez pouvoir ouvrir une rubrique  » les couvre-chefs insolites de Marion ».Apres la toque en poil de vache? de l’ile de skye et cet elegant bob-moustiquaire, on en attend d’autres .
    Vous devez souvent avoir la sensation de jamais vu et de premiere fois face a cet environnement exraordinaire

    Répondre
  3. Pascale

    Merci encore pour vos si belles photos et les explications qui les accompagnent. Les paysages islandais sont vraiment étonnants et nous font rêver…

    Répondre
  4. Franck

    Encore du grand art ! l’attente a été récompensée. Ce n’est pas un pays mais un continent que vous nus présentez.
    Merci beaucoup.
    En espérant que vous n’ayez pas trop froid ni trop d’insectes pendant vos bvouacsquand vous sortez des zones en ébullition.

    Répondre
  5. JEAN-PIERRE

    Quand on est voyageur « ordinaire » cela doit déjà être extraordinaire, mais, en plus, quand « on » sait prendre les (très) bonnes photos … Renversant.
    Encore quelques vidéos surréalistes, svp. Aucune chance de parvenir à nous rassasier!.

    Répondre
  6. FRANCINE

    Je rêve, je rêve….Merci pour ce retour en arrière si émouvant pour moi.
    Vos superbes photos représentent tellement bien l’atmosphère qui règne dans ce pays de contrastes
    au combien impressionnant. L’Islande est une destination qu’on oublie pas de si tôt lorsqu’on y a respiré
    un peu de son atmosphère et vous savez bien nous la faire partager ! Bravo.

    Répondre
  7. josiane et Bruno

    Vous avez bien fait de prendre des vacances pour faire d’aussi impressionnantes photos.
    c’est hors du commun.
    Grosses bises à vous deux et merci encore de nous faire partager ça.

    Répondre
  8. Cath et Pete

    Images complètement exceptionnelles, quel plaisir vous devez prendre de découvrir ces sites. Merci à vous de nous faire partager votre aventure. Même si vous avez le droit de prendre des vacances, ne nous laissez pas trop longtemps sans news….!
    Bonne continuation.
    Cath et Pete

    Répondre
  9. Béatrice

    Ses images sont consternantes (…Que de beauté de la Nature ! Merci de nous faire partager tout cela.
    Suis si impressionnée par les marmites de boue à Hverir.. cela semble surnaturel. Quel design ! plein de bises très chaudes du Ladakh 🙂

    Répondre

Écrire un commentaire

  • (Ne sera pas publi)