Uruguay 2015

Street Art en Uruguay

Juillet 2015
2015_M_Urug_0515_DxO
Carmelo, UruguayPhoto : Marion

A peine débarqués du cargo à Montevideo, nous allons à la Maison du Tourisme qui nous cueille à la sortie du port. Notre première préoccupation : trouver une banque pour acheter des dollars, en prévision du change au « blue market » en Argentine, où il est introuvable sur place. En Argentine, un dollar se change à la banque 9,3 pesos argentins, alors qu’au « blue market » il vaudra 15,5 pesos argentins. Deuxième préoccupation : dénicher les quartiers où voir du Street Art. Depuis notre voyage à Vienne, en Autriche, nous sommes fans de cet art. Djerbahood, en Tunisie, et son musée en plein air nous a laissé un souvenir inoubliable et nous sommes bien décidés à traquer les occasions d’en revoir. La personne, à qui je demande où voir du Street Art, me regarde ébahie. Mon espagnol doit en être la cause. « Mais, partout ! » me dit-elle.

2015_M_Urug_0200_DxO
Peinture en face du musée d’Art précolombien et indigène de MontevideoPhoto : Marion

Eh bien elle avait raison. Nous en croiserons tous les jours au fil de nos pérégrinations.

2015_M_Urug_0246_DxO
J’aime ces téléscopages entre l’image et les passants. Mais où est passé le visage du motocycliste ?Photo : Marion

Nous ne pourrons pas photographier toutes les peintures découvertes, car il n’est pas aisé de faire demi-tour, beaucoup de rues sont à sens unique.

2015_M_Urug_0418_DxO
Liliputiens à MontevideoPhoto : Marion

Mais un événement fortuit nous oblige à prolonger notre séjour à Montevideo et nous a permis de nous adonner à notre chasse. Dix jours après notre arrivée en Amérique Latine, sur le retour de Casapueblo un samedi après-midi, deux automobilistes uruguayens se sont approchés d’un peu trop près du postérieur de notre véhicule à un feu rouge. Résultat : contusion avec perte de substance de l’habillage du bas de la cellule et fissure du réservoir des eaux usées.

2015_M_Urug_0193_DxO
Quand on pense que nous étions effrayés par la proximité de la machine agricole dans le cargo !Photo : Marion

Cinq minutes après, la police est sur les lieux du carambolage, constate les dégâts et nous avertit qu’une voiture de l’assurance arrive. Il semble que nous ayons de la chance car nos deux compères sont à la même assurance la BSE, la Banco de Seguros del Estado, la Banque Nationale de l’Etat nous rassure l’assureur, sourire ironique aux lèvres. Il prend des photos des trois véhicules avec sa tablette, contrôle notre assurance et nous fixe un rendez-vous à Montevideo, le lundi après-midi. En Uruguay, pas de constat amiable, les assurances se débrouillent entre elles. Nous n’avons aucun document à présenter au rendez-vous. Difficulté des démarches administratives dans un pays dont on ne maîtrise pas la langue.

2015_M_Urug_0416_DxO
Hommage à Frida Khalo – Bar dans le vieux MontevideoPhoto : Marion

Deux semaines de négociation seront nécessaires pour la prise en charge par la BSE et la réparation. Cet épisode nous a fait découvrir l’envers du décor d’un voyage touristique, le monde du travail, les problèmes de société… L’ambiance est très détendue entre les employés. Le maté, boisson nationale, est présente sur presque tous les bureaux. Mais trônent sur ces bureaux des montagnes de paperasse, alors qu’ils sont tous équipés d’ordinateurs. Nous passerons de bureaux en bureaux pour refaire les mêmes papiers. Lourdeur de l’administration… Pourtant les démarches seront accélérées et le personnel attentif. La réparation sera parfaite, sans aucun cicatrice !

2015_D_Amsud1_0788_DxO
Marion se propose pour faire de la figuration ! Carmelo, UruguayPhoto : Daniel

Le peuple uruguayen est très prolifique et talentueux pour embellir le moindre espace mural, goût pour les couleurs, thématique engagée, créativité permanente. Les murs extérieurs des écoles sont tous fraichement décorés.

2015_M_Urug_0227_DxO
"La passion ne s’explique pas"Photo : Marion
  1. christiane

    Excellent ! Quel coup d’oeil ! Quelles belles maîtrise et patience vous avez pour donner plus de vie à vos images en attendant que des passants arrivent au bon endroit au bon moment.
    Et bravo aussi pour l’humour. Je me réjouis de découvrir la suite.
    Amicalement
    Christiane (SGP)

    Répondre
  2. ANDRES Sylvie & Frédéric

    Bonjour Marion & Daniel

    Encore merci pour ces belles photos « l’Art est universel »….
    profitez de tous ces instants de bonheur…..
    a +
    amicalement
    F & S

    Répondre
  3. Bauzin

    Merci de nous faire partager ce street art que j’adore et que je traque depuis une dizaine d’années dans le monde. Celui ci est vraiment intéressant ! Bon voyage au milieu des graffitis colorés et si expressifs.
    Béatrice

    Répondre
  4. Clara et Nico

    Salut Tata et Tonton!!
    Avez-vous remarqué que vos caramboleurs sont eux aussi des street artistes? Comme me l’a montré Nico, votre parechoc amoché laisse apparaître un visage…souriant!
    L’art est vraiment partout dans ce pays!
    Continuez à nous amuser!
    Gros bisous

    Répondre
  5. Christinet Cornelia et Jean-François

    Bonjour,
    Vous vous rappelez peut-être de nous de l’année passée en Islande – nous avons un Azalaï made in Switzerland….. Super votre site…. Il paraît que vous avez rencontré nos amis les Beck avec leur camion Man.
    Notre Azalaï est parti hier pour Montevideo, nous arrivons début janvier pour 21/2mois et laisserons ensuite la voiture pour revenir et continuer le périple. Peut-être on se croisera quelque part sur la route de l’Amérique du Sud. Amitiés et bonne continuation. Cornelia et Jean-François

    Répondre

Écrire un commentaire

  • (Ne sera pas publi)