Argentine 2015-2018

Gorfous sauteurs et Cie, pas si Manchots qu’ça ces drôles d’oiseaux !

Novembre 2015 – Janvier 2016
2015_M_Argent_4657_DxO
Gorfou sauteur de l’Isla PingüinoPhoto : Marion

Ils nous ont séduits ces Gorfous sauteurs avec leur air canaille.

Vous ne les rencontrerez que dans deux endroits en Amérique du Sud : aux îles Malouines et au Parque Nacional Maritimo Isla Pingüino à une trentaine de kilomètres des côtes de Puerto Deseado, solution beaucoup plus économique. Nous ne regrettons pas ce choix, puisque nous avons eu le plaisir d’y rencontrer Nelson Gallego dont nous avons loué le talent dans notre précédant article.

2015_M_Argent_4482_2_DxO
Ces Cormorans gris, aux superbes yeux verts brodés, nichent dans des falaises en bordure de la Ria DeseadoPhoto : Marion

Nous avons failli rater l’heure du rendez-vous pour le bateau car Daniel a joué au « Bon Samaritain » sur le chemin côtier. Nous devions revenir à l’agence vers 18h30 pour avoir les dernières consignes. Alors que nous photographions des Cormorans gris sur le bord de la falaise et qu’il est 18h, un argentin arrive en courant. Son corps est couvert de tatouages et il porte un T-shirt avec le portrait de Jésus. Il nous demande de venir le dépanner. Il a une roue crevée au fond du canyon, dit-il.

2015_M_Argent_4478_DxO
Un des nombreux canyons en bordure de la Ria DeseadoPhoto : Marion

Est-ce vrai ou est-ce un guet-apens comme c’est parfois le cas en Amérique du Sud afin de vous détrousser ? Nous redescendons dans le canyon, mais sans le prendre à bord. Nous trouvons la voiture sur le bas-côté, un pneu crevé. Manquent des écrous à chaque roue. Autour du véhicule, 11 femmes et enfants attendent. Sont-ils venus à 12 dans la voiture ? Jésus arrive en courant. Il n’a pas de cric, rien pour changer sa roue ! Daniel sort donc ses outils mais il y a un écrou antivol nécessitant une clé spéciale. Après une heure de diverses tentatives, Jésus renvoie une partie des femmes et enfants à pied. Finalement Daniel sciera cet écrou antivol. Pendant que Daniel bosse, Jésus regarde. Arrive le responsable de Darwin Expediciones pour nous donner l’heure de rendez-vous pour le lendemain. Comment a-t-il fait pour nous retrouver ? Nous avions dit que nous dormions sur le chemin côtier, mais il y en a tant ! Le départ  est avancé à 6h 30 car des vents violents sont annoncés dans l’après midi.

Après deux heures d’effort, Daniel remonte la roue de secours. Jésus nous remercie chaleureusement et part dans sa voiture aux pneus usés, aux amortisseurs éreintés. La nuit tombe, les outils jonchent le sol. Il faut tout remettre dans le coffre. Vu l’heure, ce serait trop long de faire le chemin en sens inverse. Nous nous égarons en voulant prendre des raccourcis et reprenons finalement nos traces.

Nous sommes une dizaine pour cette sortie en mer. Des Dauphins australs nous accompagnent sur une partie de la traversée.

2015_M_Argent_4496_DxO
Ce Dauphin austral nous accompagne pour notre plus grand plaisirPhoto : Marion

Des Lions de mer colonisent des îlots. Quelques mâles imposants et leur harem d’une dizaine de femelles se prélassent au soleil.

2015_D_Amsud1_3802_L
Lion de mer et ses nombreuses femelles. Quel mâle n’a pas rêvé d’avoir un tel harem !Photo : Daniel

l’Isla Pingüino était utilisée au XXè siècle pour l’extraction d’huile de Lions de mer ; il reste quelques vestiges de ce passé que des Manchots de Magellan squattent.

2015_M_Argent_4539_DxO
Ruine des installations de production d’huile de Lions de mer en activité au siècle dernier, où nichent des Manchots de MagellanPhoto : Marion

Les lieux sont superbes, contraste violent entre le jaune des lichens et le rouge du porphyre dont est constituée l’île.

2015_D_Amsud1_3833_L
Manchots de Magellan sur le chemin de la merPhoto : Daniel
2015_M_Argent_4617_DxO
Rochers de porphyre de l’Isla PingüinoPhoto : Marion

Deux colonies de manchots se partagent cette île. Au nord nichent des Manchots de Magellan et au Sud, sur la côte escarpée, les Gorfous sauteurs ont élu domicile. Leurs pattes puissantes accrochent bien la roche et leur permettent de sauter dans la pente. Avec  ses 42 cm de hauteur, Il est légèrement plus petit que le Manchot de Magellan qui atteint 48 cm, mais ce qui les différencie le plus c’est leur frimousse. Le Manchot de Magellan est moins expressif. Le Gorfous Sauteur est un crâneur avec ses sourcils jaunes superbement effilés terminés par des aigrettes jaunes également. Il arbore une crête  noire fraîchement gominée, des yeux rubis et un bec vermillon.

2015_M_Argent_4599_2_DxO
Avec ses yeux rubis, surgit un Gorfou noir…Photo : Marion

Sur le retour nous ne verrons ni dauphins, ni cormorans. Tous sont à l’abri des vents violents, pas nous. Des gerbes d’eau de mer nous aspergent, des vagues de 1,5 mètre nous projettent en l’air. Véritable tape-cul « Il faut amortir ! » crie notre accompagnatrice. Le pilote, bien accroché à sa barre, maîtrise les 300 chevaux du hors-bord. Secoués mais heureux de nos rencontres.

2015_D_Chili_0317
Colonie de Manchots Royaux de la Bahia Inútil au ChiliPhoto : Daniel

Depuis 6 ans, le Manchot royal est à nouveau présent en Terre de Feu chilienne, à Onaisin dans la Bahia Inútil à une centaine de kilomètres de Porvenir. Arrivés une quinzaine, ils sont aujourd’hui 150 individus. Les scientifiques ne connaissent pas la raison de leur retour, mais ils savent qu’ils étaient déjà là il y a 500 ans, puisqu’ils ont retrouvé des ossements de Manchots royaux dans les tombes des Selk’Nams, peuple autochtone.

2015_D_Chili_0340_L
Manchot royalPhoto : Daniel

 

On le trouve habituellement dans les régions du Cercle Polaire à environ 1400 km. Un mètre de hauteur, légèrement plus petit que le Manchot empereur, mais plus coloré, le Manchot royal séduit par les arabesques que dessinent ces taches d’orange intense, très graphiques et mouvantes au gré de l’ondulation de ces sacrés contorsionnistes. A notre passage, le 28 décembre, 40 couples couvaient.

2015_M_Chili_0392_DxO
Manchots royaux de la Bahia Inútil (Chili) : accouplementPhoto : Marion

La nature a bien fait les choses : tous les Manchots possèdent un dos noir qui se confond avec la couleur obscure de la mer. Ils deviennent invisibles pour leurs prédateurs aériens. Avec leur ventre blanc qui se mélange avec la luminosité des flots de superficie, ils échappent à leurs prédateurs aquatiques comme les Lions de mer. Malheureusement, ils sont souvent victimes de la pollution engendrée par l’exploitation du pétrole sur les côtes patagones.

2015_D_Chili_0366
Manchot royal de la Bahia Inútil (Chili)Photo : Daniel

Fin janvier nous passons par Cabo Virgines à l’entrée du Détroit de Magellan pour  visiter une « pinguinera » et rencontrer des « pichones » que nous n’avons pas encore vus.

2016_M_Argent_0384_DxO
Jeune Manchot de Magellan au nidPhoto : Marion

Les petits Manchots de Magellan ont bien grandi et commencent à perdre leur duvet. Alors qu’ils semblaient tout dodus, ils arborent une silhouette maigrelette avec leur plumage imperméable tout neuf. Surtout que les parents commencent à les sevrer pour les inciter à aller s’alimenter en mer.

2016_M_Argent_0504_DxO
Ce Jeune Manchot de Magellan vient de muer, ne lui reste qu’une collerette de duvetPhoto : Marion
2016_M_Argent_0435_DxO
Premier bain pour ce jeune Manchot de Magellan teméraire, encore couvert de duvet,Photo : Marion

Un petit fripon, encore tout couvert de duvet, fait l’école buissonnière. D’un pas titubant, il descend à la plage et se jette à l’eau. Nous le retrouvons plus tard étendu sur la plage en mauvais état, son duvet gorgé d’eau.

  1. André daniel

    Merci pour ce nouveau reportage agrémenté d’anecdotes très intéressantes.
    Ici hiver très doux, peu de neige. .. bonne continuation
    Daniel

    Répondre
  2. Olivier

    Je reste épaté par la qualité de vos photographies. Toutes vos photos ont un très beau piqué et une belle lumière. Vous avez l’art de figer le beau de manière très colorée. J’adore vos cormorans gris aux yeux verts.
    Quand vous aurez 5 minutes (si si, vous les avez !) pourriez-vous m’indiquer quel boîtier réflex et objectifs vous avez dans votre sac ? J’imagine que vous êtes dans le top de chez Canon ou Nikon, mais la réponse m’intéresse.
    Je vous souhaite d’agréables suites à vos aventures patagoniennes.

    Olivier.

    Répondre
  3. Yaxiao

    C’est encore plus impressionnant!
    Vous pouviez presque embrasser un oiseau adorable et marrant!
    Qu’ils sont charmants et amusants, les manchots dans vos photos!

    Merci et bonne continuation !
    Yaxiao

    Répondre
  4. JEAN-PIERRE

    Quelle galerie « ornitho »!
    Les sujets sont vraiment très beaux … et n’ont pas l’air d’être farouches.
    Olivier a raison: vos « piqués » sont souvent superbes.
    Comme vous le savez, il m’arrive de tâter de la photo d’oiseaux, mais là, comment soutenir la comparaison. Jalousie, jalousie…
    Continuez à nous émerveiller. Puis-je me permettre de vous proposer un « challenge »: nous donner à choisir le plus beau cliché d’ OISEAU EN PLEIN VOL (parmi les anciens … et ceux à venir).

    Répondre
  5. Dominique

    Quel enchantement et quel dépaysement que de regarder ces magnifiques photos ! Comme Olivier, j’adore les cormorans aux yeux verts ; la diversité et le contraste de leurs couleurs est incroyable.
    Il n’a pas l’air de faire chaud dans ces zones australes. Heureusement qu’en bons montagnards, vous êtes bien équipés… Et je vois que l’on se concocte de très bons petits plats dans ces contrées lointaines où rien n’a l’air de pousser.

    Répondre
  6. nelly

    Argentins ou chiliens, vraiment craquants tous ces charmants volatiles … et pourtant moi, les oiseaux, je prends peu le temps de les admirer en temps ordinaire ; merci de ces beaux regards partagés sur la gent à plumes, mention spéciale pour le gorfou sauteur enrhumé ! pas l’a’r de faire chaud là-bas !!! Ici, douceur et humidité rivalisent. Amitiés des Lelong

    Répondre
  7. ANDRES Frédéric

    Bonsoir à vous deux
    merci pour ces belles photos.
    bon voyage……………
    a bientôt, dans l’attente de recevoir d’autres e-mails
    amicalement
    Sylvie & Frédéric

    Répondre
  8. Pascale

    Bonjour à tous les deux et merci pour ce beau dépaysement.
    Vos photos sont toujours très belles et j’ai adoré les gorfous sauteurs, trop rigolos.
    Bises

    Répondre
  9. Éric et Bernadette

    Un petit bonjour depuis Chiloe ou nous sommes arrivés il y a quelques jours après avoir remonté la « carretera australe » jusqu’à Chaiten …
    vos photos sont magnifiques on ose plus en mettre nous même sur notre site !! Bernadette et Éric (les français du Chili …)

    Répondre

Écrire un commentaire

  • (Ne sera pas publi)