Uruguay 2015

Exubérante Casapueblo

Juillet 2015
2015_M_Urug_0180_DxO
Casapueblo, maison-atelier de l’artiste Carlos Páez VilaróPhoto : Marion

Casapueblo, construction exubérante étincelante de blancheur, domine de ses neuf étages le Punta Ballena à une quinzaine de km de Punta del Este. L’artiste Uruguayen Carlos Páez Vilaró l’a construite de ses propres mains, aidé par des pêcheurs et des amis. L’édification de cette « maison-village » s’est poursuivie  pendant quarante ans au fil de son inspiration, tout en ligne courbe. Il s’inspira des nids de boue d’un oiseau indigène, le Fournier,  pour bâtir cette maison-atelier.

2015_M_Urug_0152_DxO
Terrasses de casapueblo surplombant le Rio de la PlataPhoto : Marion

« je l’ai construite comme s’il s’agissait d’une sculpture habitable, livré à l’enthousiasme. Quand la municipalité m’en a demandé récemment les plans, que je n’avais pas, un ami architecte a dû passer un mois à étudier la façon de la déchiffrer »

2015_M_Urug_0137_DxO
Carlos Páez VilaróPhoto : Marion
2015_D_Amsud1_0723_DxO2
Peintures et céramiques de Carlos Páez VilaróPhoto : Daniel

Artiste autodidacte, voyageur infatigable,  très prolifique, il a créé plusieurs milliers d’oeuvres en tant que peintre, sculpteur, céramiste, musicien, scénariste et cinéaste. Il peindra jusqu’à la fin de ses jours et mourut à 90 ans à Casapueblo. Il a exposé dans le monde entier, à Paris, à New York jusqu’en Chine et fut l’ami de grands noms des Arts comme Pablo Picasso et Salvador Dali auxquels une salle du musée leur est consacrée. Son art a été profondément inspiré par l’Afrique où il a vécu. Dans ses peintures il glorifie la musique, peint des scènes de « candombe », musique et danse amenées par les esclaves africains sur le continent Sud Américain. Il a écrit de nombreuses partitions de « candombe ».

2015_M_Urug_0269_DxO
Détail d’un tableau de Carlos Páez Vilaró : candombe, Musée du carnaval de MontevideoPhoto : Marion
Enregistrement d’une répétition de candombe d’un orchestre féminin de tambours  de Montevideo. Elles se réunissent 2 fois par semaine dans la rue de 19h à 21h pour se préparer au carnaval de février.

La terre, les animaux, la nature et surtout la Femme seront une grande source d’inspiration et il aura laissé sa trace dans de multiples endroits en peignant des fresques murales dans le monde entier.

2015_M_Urug_0160_DxO-1
Salle d’exposition de la CasapuebloPhoto : Marion

« Je vois le prestige en gris bleu, l’aristocratie en violet, la pauvreté en ocre pâle, la stridence dans la couleur du feu, la nostalgie en bleu colonial. Je vois dans le blanc l’anxiété d’être couleur, dans le noir l’obscurité. Dans le jaune le hurlement, dans le rose les prémices de l’amour, dans le vert la vie. » Carlos Páez Vilaró

Dans cette maison Carlos Páez Vilaró rend hommage à ses amis, chaque recoin porte le nom de l’un d’entre eux.

2015_D_Amsud1_0722_DxO
Terrasse dédiée à Luis de MariaPhoto : Daniel

Casapueblo est ouverte tous les jours de l’année. Malheureusement, seules cinq salles sont ouvertes au public. Chaque soir « la Cérémonie du Soleil » se déroule sur les terrasses. Au moment où le soleil plonge dans le Rio de la Plata, retentit le voix de Carlos Paez Vilaro déclamant un de ses poèmes.

Video de Damian Rivarola

« Hommage à la Femme

Si Casapueblo est un hommage au Soleil

C’est aussi une offrande à la Femme.

A tout l’univers de la Femme.

Je pense à la femme ouvrière, à la femme maîtresse

A celle courbée sous le soleil qui lave le linge dans la rivière

A celle qui porte son enfant sur le dos

Pendant qu’elle transporte un panier de fruits sur sa tête.

Celle qui affronte nue la crête de la vague

Celle qui sophistiquée décore le salon de sa beauté de paon.

Elle a été le meilleur stimulant

Dans toutes les batailles que j’ai dues livrer

Ou entreprises auxquelles je me suis attaqué.

Je pense toujours que sans la Femme il n ‘y aurait pas de création.

C’est la base de tout nos projets

Et de tout ce que nous faisons.

Pour Elle nous sommes capable de bâtir une maison

D’entreprendre une aventure, de peindre, de composer, d’écrire

Ou de faire la révolution.

C’est la raison de nos motivations

La sauce qui assaisonne avec sa beauté notre vie. »

Carlos Páez Vilaró

  1. nelly

    merci pour ce joli cours d’histoire de l’art ! à mi-chemin entre Gaudi et le facteur cheval ! continuez bien votre périple et régalez-vous ! ici, c’est la rentrée ….

    Répondre
  2. CHRISTIANE

    Merci de nous faire voyager de façon intelligente, de partager vos belles découvertes avec vos photos.
    Je me réjouis de connaître la suite de votre périple.
    Bonne suite !

    Répondre
  3. Yaxiao

    Superbes photos! C’est Vraiment un endroit exceptionnel.
    Un gout d’art et d’architecture spécial. Assez irrégulier mais bien logique…
    Merci!

    Répondre

Écrire un commentaire

  • (Ne sera pas publi)