Argentine 2015-2018

El Campo de Piedra Pómez ou la planète blanche

 

Campo de Piedra PómezPhoto : Marion

El Campo de Piedra Pómez, Champ de Pierre Ponce, s’étend sur 155 km2 telle une forêt de roches blanches aux formes infinies, posées sur le sable tantôt blanc, tantôt gris. 

Campo de Piedra PómezPhoto : Marion

Ces roches ont été formées à des températures de plus de 500 degrés, lors d’une éruption volcanique particulièrement violente du Volcan Blanco, il y a cent mille ans. Des nuages de cendres, propulsés en l’air, se sont refroidis rapidement en se cristallisant au sol. La chute de pression a créé des bulles d’air qui confèrent à ces roches porosité et légèreté. Depuis des temps infinis le vent a sculpté d’étranges silhouettes, scénographie surréaliste, où nous nous immergeons.

Cette pyramide nous servira de point de repère pour ne pas s’égarer dans ce dédale de rochesPhoto : Marion

Ce labyrinthe nous fascine par la beauté de ses formes que nous escaladons sans fin. Nos semelles accrochent tellement facilement à la rugosité de sa surface immaculée ! Parfois une pierre ponce plus sombre et plus dure, résistant mieux à la morsure du vent forme le chapeau d’une minuscule cheminée de fée à l’horizontale.

Déambulation matinale de vos deux reporters dans le Campo de Piedra PómezPhoto : Daniel

Des failles en lignes brisées parfaites, comblées de minuscules billes de pierre ponce grise, dessinent de mystérieux chemins dans ce labyrinthe.

Etranges sillons creusés dans la roche du Campo de Piedra PómezPhoto : Marion

Le nombre de visiteurs est extrêmement faible, probablement en raison de l’éloignement de cette zone. Le site est accessible par 4×4 à partir du village perdu de El Peñon dans la Puna de Catamarca. Nous goûterons encore au plaisir de l’isolement dans des lieux superbes, dormir sous un ciel magique, bercés par les hurlements du vent.

Nous avons pris plaisir à jouer avec les sculptures, la lumière et les nuages au Campo de Piedra PómezPhoto : Marion

Merci l’artiste, le Vent, compagnon fidèle de nos déambulations !

Marion part d’un pas décidé à l’assaut du Campo de Piedra Pómez, avant le lever du soleilPhoto : Daniel
  1. BB

    Je ne trouve pas de mots pour commenter vos images remarquables. C’est d’une beauté sans nom! Encore encore encore.. avec toute mon Amitié !

    Répondre
  2. OLM

    Merci pour la qualité du partage ! La lumière de vos photos est sublime et l’utilisation du ciel et des nuages remarquable. Tout ce périple en Amérique du sud est magnifiquement rendu.

    Quant à l’Afrique du sud et à ces lions élevés en enclos pour satisfaire l’égo de quelques noceurs, c’est d’une tristesse désolante. C’est peut-être pire d’ailleurs, puisque ces élevages en enclos permettent principalement de satisfaire la demande en « big five » de chasseurs peu scrupuleux, souvent américains, devant qui on jette des lions domestiqués et drogués. Ils sont alors tués à quasi bout portant dans leur enclos même par des hommes assez fiers pour poser ensuite allongés sur cet incroyable trophée.

    Heureusement que l’AFS sait aussi proposer de vrais park nationaux où s’épanouit la vraie vie sauvage.

    Vous nous faîtes rêver, puisque notre rêve à mon épouse et moi-même, est de partir dans des conditions très similaires d’ici 7 à huit ans quand la retraite sera possible,

    Continuez !

    Répondre
  3. nelly L

    Toujours magique et surtout merci de partager et de nous en faire profiter !!! Ici, nous vivons des semaines enneigées et anticycloniques : grand bleu !

    Répondre

Écrire un commentaire

  • (Ne sera pas publi)